Big bang en vue pour les propriétaires de logement

Immobilier

Une commission du Conseil des États esquisse la fin de la «valeur locative» et de la déduction des intérêts sur la dette. Une révolution.

Endormi depuis une votation de septembre 2012, le serpent de mer de l’abrogation du système suisse d’imposition «sur la valeur locative» des propriétaires d’appartements et de villas refait surface. La Commission de l’économie du Conseil des États a publié mardi les grandes lignes d’une réforme de ce pan de la fiscalité et a chargé l’administration de lui soumettre un avant-projet.

Actuellement, les propriétaires vivant dans leur logement doivent ajouter à leurs revenus imposables une «valeur locative», en gros les rentrées qu’ils pourraient en tirer s’ils le louaient. En échange, ils déduisent de leurs impôts les intérêts versés sur leur emprunt immobilier ainsi que les frais d’entretien de leur maison. Des déductions soudain menacées. Une révolution.

 

Petit propriétaire menacé?

«Une telle réforme freinerait clairement l’accession à la propriété, dans un pays où elle est déjà la plus faible de toutes les grandes économies», réagit le promoteur vaudois Patrick Delarive. «L’immense majorité des propriétaires – qui ont dû se plier aux règles des banques imposant d’amener 20% de fonds propres – verraient leur budget sérieusement pénalisé s’ils ne pouvaient plus déduire les intérêts sur leurs emprunts», poursuit l’homme d’affaires. Le président du groupe Delarive évoque une menace pour «tout le secteur de la construction».

Lire la suite de l’article sur le site de la Tribune de Genève :

https://www.tdg.ch/economie/big-bang-proprietaires-logement/story/29271670

source : © www.tdg.ch / Août 2018